Africa 2.0

Le Blog de l’Afrique innovante, volontaire et positive

Des logiciels au secours de l’électricité en Afrique

with 2 comments

Savoir identifier quels sont réellement les besoins des pays d’Afrique en électricité permettrait de mieux en gérer la répartition. C’est le projet du fournisseur de technologies de réseaux BPL Global, qui propose désormais aux fournisseurs d’électricité ghanéens plusieurs suites logicielles destinées à mieux gérer l’offre et la demande. La société publique d’électricité Volta River Authority bénéficiera ainsi de systèmes de gestion et surveillance des réseaux, via la plate-forme logicielle Power SG. Autres solutions proposées : Rapid Fault Locator, qui permet de détecter des défaillances, ou encore un système de gestion de la demande résidentielle et des communications à haut-débit. Concrètement, les suites logicielles permettent de calculer la consommation exacte par ville ou région via un réseau de capteurs distribués dans des endroits stratégiques.

Répartir automatiquement selon les besoins

Les données sont ensuite analysées, afin de déterminer quels sont les besoins et les manques exacts de chaque endroit. Une plate-forme de messagerie permet de communiquer entre les différents services. Rien d’extraordinaire dans l’absolu. Mais l’intérêt d’une telle initiative n’est pas des moindres. Le continent fait en effet face à des problèmes de coupures répétitives. « Il arrive souvent qu’il y ait trop de demandes en même temps à un même endroit, obligeant les fournisseurs à interrompre l’alimentation en électricité de villes entières pendant plusieurs heures« , explique à L’Atelier Cathi Julienne, directrice du marketing pour BPL Global EMEA. Les différentes plates-formes logicielles permettront aux compagnies de répartir – automatiquement – leurs produits en conséquence.

Après le Ghana, l’Afrique du sud

« Il sera possible de couper momentanément le courant dans certains endroits stratégiques, où celui-ci est peut utilisé, pour fournir plus efficacement une zone où il y a plus de demande« , ajoute la directrice marketing. Autre avantage : celui, pour les particuliers, de réaliser des économies. Rapid Fault Locator, par exemple, permet de détecter les défaillances s’il y en a dans une zone. « Cela donnera la possibilité aux fournisseurs d’électricité de gaspiller moins d’énergie et donc d’éviter la facturation d’électricité non consommée par les utilisateurs« , ajoute-t-elle. En effet, si l’entreprise dépense moins, la facture des clients devrait logiquement être moins lourde. Pour le moment, seul le réseau de moyenne tension et l’accès haut-débit pour les écoles et les bureaux sont concernés. L’ensemble de la population du Ghana devrait prochainement l’être. A noter : pour réaliser son projet, le fournisseur d’applications a conclu un accord de joint-venture avec son équivalent africain, BPL Africa. D’autres pays devraient prochainement se voir proposer la même offre, comme l’Afrique du sud. Seul regret : BPL ne communique pas sur les tarifs de ses suites.

Source

Note Africa2.0

BPL fournit aussi des solutions et services haut débit aux profesionnels et consommateurs avec l’accent sur le haut débit triple play – données, voix et vidéo – pour immeubles résidentiels et apporte aux compagnies d’électricité l’infrastructure nécessaire de communication pour rendre le réseau de distribution intelligent. On peut ainsi avoir en plus des offres ADSL normales, droit au Wimax et au CPL ce qui améliorerait la connectivité du continent. A suivre…

Publicités

Written by africa2point0

juin 2, 2008 à 10:21

Publié dans Uncategorized

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. L’offre est un epsilon de la demande au Cameroun par exemple. C’est comme gérer une cuillère d’eau en guise de rafraichissement pour une équipe de football.
    On a beau faire comme on veut, ça ne suffira pas à endiguer la soif, et on le sait d’avance.

    Ce dont la directrice marketing parle s’appelle un délestage, et l’Afrique, je pense, est passé maître dans cet art.
    Pour info, j’apprends à l’instant qu’AES-Sonel dispose de tels outils de monitoring du réseau.

    Ce qui viendrait au secours de l’électricité, c’est d’abord d’augmenter la production. Mais l’augmenter drastiquement.

    Nino

    juin 3, 2008 at 9:49

  2. Nino,
    Si les logiciels peuvent couper la consommation à un endroit pour la redistribuer ailleurs moi je dis c’est Ok pour moi. Mais il ne faut pas couper pour couper comme tu dis ca devient le delestage. Il faut effectivement augmenter la production ca passe aussi par le controle des voleurs d’electricité. lol

    Etum

    juin 3, 2008 at 1:01


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :