Africa 2.0

Le Blog de l’Afrique innovante, volontaire et positive

Zacharia TIEMTORE

with one comment

Zacharia Tiemtoré vient de publir aux Editions L’Harmattan un ouvrage intitulé « Technologies de l’information et de la communication, éducation et post-développement en Afrique » Entre mythe de la technique et espoirs du progrès au Burkina Faso

J’ai commencé la lecture de ce livre il y’a quelques jours, même s’il est d’abord le résultat d’un travail de recherche il est surtout l’expression d’un regard africain sur une problématique africaine. C’est la vision d’un sociologue sur le sauvetage de l’Afrique par la technologie. C’est un travail qui merite d’etre lu et partagé. J’ai demandé Zacharia de répondre à quelques questions, voici ces réponses.

Bonjour est ce que vous pouvez vous présenter?

Bonjour, je suis Zacharia Tiemtoré et je crois appartenir à une jeunesse africaine qui entend désormais se définir à travers des compétences et des aspirations. En ce qui me concerne, je suis diplômé en sociologie et en sciences de l’éducation et j’ai des aptitudes avérées dans plusieurs domaines. Il s’agit entre autres de la communication, de l’ingénierie pédagogique, de l’ingénierie de projet et des technologies de l’éducation et de la formation.

Pourquoi avoir choisi d’écrire sur les NTIC et l’Education?

L’ouvrage que je viens de publier aux éditions l’Harmattan reprend une partie de mes travaux de doctorat et vise à contribuer à une meilleure connaissance des enjeux et exigences liés à l’intégration des technologies de l’information et de la communication dans l’éducation en Afrique. Parti du constat que l’éducation est le fondement incontournable de tout changement, il m’a semblé intéressant dans un environnement marqué par le progrès des TIC, d’étudier et d’analyser concrètement ce qui se faisait dans le secteur éducatif pour tirer profit du potentiel de ces technologies. J’ai été conforté dans ma démarche par le discours ambiant sur les TIC qui les présente comme un levier de développement pour les pays défavorisés. J’ai donc voulu, à partir d’une étude précise, interroger le nouvel espoir de progrès lié aux TIC dans l’éducation.

Quelle serait votre méthode pour réduire la fracture numérique?

Je commencerai par investir dans l’alphabétisation et la formation de masse. Ceci, parce que je reste persuadé que le milieu, dans le sens large du terme (physique, socioculturel, politique et économique), conditionne l’implantation et le devenir de toute technologie. Si donc on n’agit pas de sorte à faire évoluer les contextes en termes de compétences et de capacités, il est à craindre que l’outil technologique ne réussisse pas à faire de miracles. A côté de l’effort de scolarisation générale, il est important de continuer à former des spécialistes des TIC, afin de concevoir et proposer des solutions techniques qui ne heurtent pas les spécificités sociales et culturelles des pays du sud. Le déchirement identitaire n’a jamais favorisé l’émancipation assumée des peuples. Il y a une troisième piste d’action pour aller vers la réduction du fossé numérique : celle de la production de contenus attrayants pour les populations du sud et africaines en particulier. Cela implique de réfléchir à exploiter davantage le multimédia et les langues locales, afin de prendre en compte l’oralité qui caractérise de nombreuses communautés en Afrique.

Pensez vous que les Africains doivent adapter les NTIC ou alors reprendre les modèles qui marchent ailleurs?

Les Africains doivent adapter des modèles qui marchent ailleurs, mais doivent surtout inventer et concevoir des modèles in situ, c’est-à-dire à partir des milieux naturels respectifs. Je suis convaincu par exemple que dans le domaine des technologies éducatives, l’importation n’est pas la meilleure solution. Il faut se saisir certes des outils qui existent, se les approprier et ensuite fonder des usages propres à partir de projets cohérents.

Un dernier mot?

Merci de m’avoir ouvert votre blog et de vous être intéressé à l’intégration des TIC dans l’éducation en Afrique. Je souhaite que nous soyons de plus en plus nombreux à y accorder de l’importance, afin qu’à travers des échanges féconds, nous tentons d’apporter des réponses appropriées aux multiples attentes de notre continent.

Pour commander le livre

Le Blog de Zacharia TIEMTORE

Advertisements

Written by africa2point0

mars 12, 2008 à 9:18

Publié dans Uncategorized

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Etum, nous avions l’habitude de discuter des TIC en tenant compte principalement de l’aspect technique, bref du point de vue des techniciens. Je crois que ce livre va nous permettre d’élargir notre horizon.
    Je reviendrai faire un commentaire après l’avoir terminé.

    Ti Aya

    mars 13, 2008 at 9:04


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :